Pourquoi il ne faut jamais courir après le bonheur

par un blogueur Guillaume

La course ce n’est pas mon activité préféré, pas que je sois fan du repos absolu mais enfin si le bonheur peut se croiser sans fatigue c’est toujours mieux.

Remarque il parait que la santé est une partie du bonheur, le sport est la santé donc il faut courir un peu quand même.

Mais venons en à la question du jour qui pourrait bien vous inciter à mettre un frein à votre vie à 200 à l’heure…

Pourquoi il ne faut jamais courir après le bonheur?

A force de croire que l’on va l’attraper en pensant qu’il faut juste courir plus vite que lui on risque de le doubler sans même s’en apercevoir, je veux dire par là qu’il est inutile de penser que le bonheur tombe du ciel, n’arrive qu’aux autres et ne touches que les plus chanceux!

Le bonheur se travaille et on aura l’occasion d’en parler ici, vous l’aurez sans doute déjà remarqué mais les gens qui font la gueule à longueur de journée on du mal à trouver le bonheur, tout comme ceux qui se plaignent, qui son mécontent, ceux qui ont peur des autres…

C’est évidemment très compliqué tout ça, mais l’idée est là!

Quand on va trop vite on rate beaucoup de choses, ces choses qui justement font le bonheur…

Prendre le temps de vivre, c’est donc approcher le bonheur.

On en reparle très bientôt.

J’espère que vous avez compris que ce n’est q’une remarque, mais qu’il faut sans doute prendre au premier degrés…

Pas de réponse précise aujourd’hui, patience.