La Consommation collaborative, c’est quoi, pour qui, pourquoi?

par un blogueur Guillaume

Et si on laissait petit à petit la propriété de coté pour mettre en avant « l’usage ».

La consommation collaborative est un modèle économique assez différent de celui qui nous DIRIGE aujourd’hui, et la différence n’est pas anodine puisque ce nouveau modèle appliqué au plus grand nombre changerait beaucoup de chose.

Il y a plusieurs solutions pour développer toujours plus cette économie, le partage, le troc, la vente, la location, l’échange, et tout autre moyen de mise en commun d’un bien peut aller dans le bon sens.

Ces échanges a grande échelle de biens ou services ont été rendus possibles et surtout optimisés par internet, des associations locales dans certains cas et évidemment une motivation commune à tous ceux à qui la consommation collaborative paraît importante, optimiser l’utilisation de tout ce qui nous entoure!

Nos placards sont pleins d’objets non utilisés et pourtant parfois bien utiles, nos véhicules servent quelques heures par jours, c’est la même chose pour l’hébergement, et on pourrait citer encore de très nombreux exemples.

Sur le web, cela a été rendu possible par des sites de ventes entres particuliers, des sites d’annonces, des sites d’échanges ou de troc (comme kiditroc pour les vêtements par exemple que l’on vous présentait récemment).

Le web a aussi été un haut lieu de l’échange via le peer to peer par exemple.

L’idée avec la consommation collaborative ce n’eest pas de changer ce que les gens consomme tous les jours mais bien d’adapter la façon de consommer, pourquoi s’approprier un objet utile une fois dans l’année, pourquoi laisser sur un parking une voiture vide 90% de son temps, pourquoi accrocher à un lampadaire un vélo 8 heures par jour, pourquoi garder au fond d’un placard des vêtements que l’on n’utilisera plus.

La consommation collaborative a aussi d’autres intérêts, comme celui de financer, d’acheter en nombre pour obtenir un meilleur prix, mais je ne pense pas du tout aux sites d’achats groupés mais plus aux sites tels que Ulule ou kickstarter qui propose à chacun d’investir dans une production participative pour financer un projet, un produit…

La consommation collaborative c’est donc avant tout la priorité donnée à l’usage sur la propriété qui en soit n’est pas tellement indispensable dans de nombreux cas.

En plus, il y a un très gros avantage à ce type de consommation, c’est le renouvellement des produits se trouvant dans nos placards par exemple, plutôt que de s’empiler inutilement, ils tournent entre des personnes en ayant besoin ou envie, c’est bon pour notre espace et aussi pour l’environnement qui au passage n’est plus la victime de la surconsommation, et de la surproduction.

Coté services ce sera plus basé sur l’échange de bon procédé, on pense alors au covoiturage qui évitera dans le meilleur des cas de voir des véhicules avec comme seul passager le conducteur.

La consommation collaborative c’est aussi la possibilité de donner une seconde vie à des objets, là je pense aux vélos par exemple, qui seront réparés par des associations et mis à dispositions de tous ou de personnes en ayant le besoin.

J’ai aussi en tête un autre projet qui se rapproche du recyclage, mais qui montre encore une fois que la collaboration entre le monde la publicité (de l’affichage) et de la mode est possible, je pense à Bilum qui donne une seconde vie aux bâches géantes.

On ne va pas citer là tous les exemples, on en présentera régulièrement ici même.

Un tel mode de consommation me semble être la seule possibilité pour éviter de foncer dans un mur!

L’échange, le troc, la location, le partage, la vente, à vous de voir le moyen que vous trouvez le plus adapté, l’essentiel est bien de rendre mobile tout ce qui nous entoure!

Concrètement on est tous concerné par cette consommation tout simplement pour améliorer notre cadre de vie!